Ecopop - une initiative de racistes écolos en Birkenstock, dit Büchel en affirmant sa position au sein du Parlement
11. Juni 2014
Erschienen in: Le Temps

«Halte à la surpopulation» ne trouve aucun soutien au National

L’initiative d’Ecopop, qui veut limiter à 0,2% la part de l’immigration dans la croissance démographique, n’a trouvé aucune voix en sa faveur après trois heures de débat. Mais la question de sa validité est combattue. Suite du débat et votes jeudi. Le rejet ne fait aucun doute

Durant les trois heures de débat, il ne s’est pas trouvé un seul orateur, mardi, au Conseil national, pour soutenir l’initiative d’Ecopop «Halte à la surpopulation».

De la quarantaine de conseillers nationaux qui, lors de la campagne électorale de 2011, avaient déclaré soutenir l’idée de limiter l’immigration à 0,2%, pas un seul n’est monté à la tribune pour justifier ce choix.

Absence d’unité de la matière, conséquences catastrophiques pour l’économie, initiative égoïste, qui veut préserver le petit confort suisse, et néocolonialiste, qui cherche à imposer un contrôle des naissances dans les pays bénéficiant de l’aide suisse, les mêmes critiques se sont retrouvées dans toutes les sensibilités politiques.

Le rejet, qui ne fait guère de doute, devrait intervenir jeudi en raison de la longueur de la liste des orateurs. Le Conseil national aura auparavant à se prononcer sur une proposition de renvoi du PBD, qui cherche à retarder la votation, et une autre d’invalidation d’une minorité de la commission.

Mais cela n’enlève rien à l’optimisme des initiateurs. «Nous n’avons jamais été soutenus par les appareils des partis. Mais à la base de l’UDC et même chez les Verts, comme au Tessin, nous sentons bien un large courant en notre faveur. Nous sommes dans la même situation que l’initiative de l’UDC «Contre l’immigration de masse», à laquelle personne ne donnait de chance à quelques mois du vote», veulent croire Benno Büeler, président du comité d’initiative, et Anita Messere, porte-parole romande, venus suivre les débats.

Depuis le vote du 9 février, la situation a pourtant bien changé. L’UDC n’a plus besoin de la proposition d’Ecopop pour faire pression afin d’augmenter ses propres chances. Les difficultés qui s’annoncent avec Bruxelles pour l’application du nouvel article constitutionnel ont modéré le zèle des adeptes d’un contrôle strict de l’immigration.

«Une initiative raciste d’écolos en Birkenstock», a même critiqué l’UDC saint-gallois Roland Rino Büchel.

Loin de se vexer, le biochimiste Benno Büeler, pilier de l’initiative, ne se sent pas lâché par l’UDC. «Notre proposition va contraindre le parlement et le Conseil fédéral à prendre des décisions fermes. Là où l’UDC se satisfait d’exiger une limitation de l’immigration, sans prévoir un plafond, notre texte fixe un objectif précis: la part de la croissance démographique due à l’immigration ne doit pas dépasser 0,2% de la population résidente.»

Nach Oben

 © Roland Rino Büchel Realisiert durch RightSight.ch